Flavie Flament a choqué son monde en évoquant pour la première fois des viols qu'elle aurait subis à l'âge de 13 ans. Elle se confie dans son livre La Consolation et sur le plateau de Salut les Terriens, l'homme en noir a donné un nom qui a fait le tour du web et des rédactions. Visé, David Hamilton, un photographe aujourd'hui âgé de 83 ans, a répondu aux attaques dans le journal belge SudInfo.

David Hamilton sort du silence

Le photographe britannique qui a longtemps vécu dans le Sud de la France s'est enfin exprimé sur les accusations dont il fait l'objet. Si Flavie Flament s'est refusée à nommer son agresseur en déclarant  "Je ne peux pas donner son nom parce que j'ai aujourd'hui 42 ans et que j'avais selon la loi française jusqu'à l'âge de 38 ans pour pouvoir me retourner contre mon bourreau" sur le plateau de Salut les Terriens le 22 octobre dernier, Ardisson, lui n'y est pas allé de main morte. L'animateur télé aurait balancé le nom du photographe (bipé à l'antenne) avant de lui adresser la phrase cinglante : "Il a aujourd'hui 83 ans. Je ne sais pas s'il regarde la télévision mais t'es un bel enc***, con**** !" Plusieurs médias s'emparent alors de l'info et la page Wikipedia de David Hamilton est un temps modifiée, faisant état des lourdes accusations dont il fait l'objet.

Cette situation est inadmissible pour le vieil homme qui s'exprime dans SudInfo et en veut beaucoup aux journalistes d'avoir propagé la rumeur. Il explique : "J’ai pris connaissance des propos diffamatoires circulant à mon sujet depuis plusieurs jours dans certains médias, en ce compris sur des réseaux sociaux. Des journalistes n'ont pas hésité à rapporter d'abominables diffamations, nées d'insinuations et/ou interprétations formulées par l'une ou l'autre personne, anonyme ou non, à l'occasion de la promotion d'un ouvrage au sujet duquel aucun de ces journalistes n'a relevé que ledit ouvrage se présente sur sa seconde couverture comme étant un roman, à savoir une œuvre de fiction. Je suis particulièrement indigné par l'absence totale de respect de ma présomption d'innocence [....]."

Outré, David Hamilton n'exclut pas la possibilité de porter plainte et ajoute : "Je me réserve le droit le plus absolu de diligenter, en temps voulu, toutes les actions utiles et nécessaires à la défense de mon honneur et de ma réputation, ainsi qu'au respect de la déontologie journalistique la plus élémentaire." Il termine en réfutant fermement avoir commis le moindre crime ou acte malveillant.

Les propos de Flavie Flament remis en doute par sa propre famille

C'est dans son livre La Consolation, paru le 19 octobre aux éditions JC Lattès que Flavie Flament raconte son viol. Sur le plateau de Sept à Huit, elle explique avoir compris ce qui lui était arrivé en consultant un psy qui lui a parlé de mémoire traumatique. Aujourd'hui, elle ne peut plus porter plainte, car il y a prescription. Dans l'émission de TF1, l'ex-épouse de Benjamin Castaldi n'a pas hésité à blâmer ses parents qui selon elle la livrait aux mains de son bourreau sans sourciller. Elle déclare : "Je pense qu'il y a des parents qui n'ont pas l'instinct de protection de leurs enfants." En froid avec sa mère depuis des années, Flavie Flament ne peut pas non plus compter sur son frère Olivier qui a démonté les propos de sa soeur. Dans une interview à Gala il y a quelques jours, il a expliqué : "C'est pour nous totalement hallucinant ! Elle entremêle des faits réels et des passages complètement romancés." Il ajoute : "Contrairement à ce qu'elle dit, tout cela ne lui est pas revenu subitement, on en parle dans la famille depuis longtemps. On savait qu'il s'était passé quelque chose. Elle évoque aujourd'hui un viol. À l'époque, Flavie s'est plainte de gestes déplacés à ma mère et mes parents ont aussitôt interrompu les séances chez ce photographe."

Qui croire dans cette sordide affaire ?