Vous ne pouvez pas passé à côté de ce nouveau phénomène mondial qu'est Pokémon GO ! Le fait que le jeu ne soit pas encore disponible partout dans tous les pays n'a pas empêché des personnes du monde entier de télécharger (plus ou moins légalement) cette application. L'engouement est tel que les serveurs sont très souvent saturés et ont ainsi repoussé la date de sortie dans plusieurs pays ! Le jeu disponible sur Android et Apple compte bien dépasser des records.

Mais l'application pousse parfois les gens à faire des choses insensées et étranges. Récemment, une jeune femme a retrouvé le corps d'un homme décédé alors qu'elle chassait des Pokémons. Voici 10 situations complètement WTF que ce jeu a engendrées :

1) Quand l’application réunit des centaines de personnes au même endroit

Dans les grandes villes, il n’est pas rare de se trouver parmi une foule marchant dans tous les sens, mais avez-vous déjà assisté à un regroupement de centaines de personnes dans un seul et même endroit ? C’est ce qui s’est passé à Central Park (New York, Etats-Unis) et dans le quartier de South Bank à Brisbane (Australie). Le nez plongé dans leur téléphone, des centaines de joueurs tournaient en rond dans le but de trouver des Pokémons.

2) La géolocalisation pour commettre des agressions

Dans le Missouri (États-Unis), quatre adolescents ont utilisé la fonction de géolocalisation de cette application pour dépouiller certaines personnes. Les malfaiteurs ont donc eu l'occasion d'anticiper les mouvements de leurs victimes, avant de les traquer. Les développeurs du jeu ont par la suite mis en garde les utilisateurs du danger : "Nous encourageons toutes les personnes jouant à Pokémon Go à prendre conscience de leur environnement et à jouer avec des amis quand elles vont dans des endroits nouveaux ou peu familiers", ont-ils déclaré dans un communiqué.

3) Quand la police s’en mêle 

Chacun ses méthodes pour trouver le sommeil. Un utilisateur a choisi de s’occuper l’esprit en jouant à Pokémon Go. Sur le site Reddit, il explique être allé dans un parc à quelques pâtés de maisons et qu’il y a rencontré "deux types à l’air louche" (qui étaient en fait d’autres joueurs Pokémon). Les trois joueurs discutent et jouent ensemble lorsque des policiers arrivent en pensant avoir affaire à un vendeur de drogues : "Ça a pris un certain temps pour les convaincre qu’on n’était pas en train de dealer de la drogue, et encore plus longtemps de leur expliquer le jeu".

4) Pour Pokémon Go, elles étaient prêtes à aller jusqu’au bout du monde !

Kelsey Thomson et Lizzy Eden habitent à Wellington (Nouvelle-Zélande) et sont toutes les deux de grandes fans de l’application. Pour accéder à l’une des arènes, elles ont dû employer les grands moyens ! C’est à bord d’un kayak que les deux jeunes femmes rejoignent le point de rendez-vous situé… au milieu de la baie de Wellington ! Un périple qui n’est pas passé inaperçu puisque certains twittos ont posté les images de Kelsey et Lizzy dans leur kayak, les yeux apparemment rivés sur leur téléphone :

"Deux personnes, dans un kayak, les yeux scotchés à leur téléphone. C’est du sérieux pour #PokémonGO" 

5) Jouer jusqu’à son dernier souffle

Le 10 juillet dernier dans l’Oregon, un jeune homme de 22 ans se fait agresser alors qu’il jouait à Pokémon Go. Il venait tout juste de trouver l’une des créatures lorsqu’un homme armé le poignarde. Après avoir décrit l’agresseur et malgré sa blessure, le garçon ne veut pas être secouru et repart pour continuer sa partie

6) Quand votre maison devient un point de rendez-vous !

Dans le jeu, plusieurs lieux publics (gares, parcs, restaurants …) se sont transformés en arènes dans lesquels les joueurs peuvent effectuer des combats. Mais que se passerait-il si l’application désignait une habitation comme point de ralliement ? C’est ce qu’a vécu Boon Sheridan dans le Massachusetts ! Propriétaire d’une ancienne église dans laquelle il réside, sa maison est désignée comme étant l’une des arènes de sa ville. Ainsi chaque jour, il voit une quinzaine de personnes postées devant chez lui à attendre sur leur téléphone.

"Vivre dans une vieille église signifie beaucoup de choses. Aujourd’hui cela veut dire que ma maison est une arène de Pokémon Go. Voilà qui devrait être fascinant" 

7) Il se fait virer à cause de l’application

Si l’application est déjà disponible dans certains pays comme l’Australie ou les Etats-Unis, certains fans s’impatientent. Quand le jeu va-t-il enfin sortir dans le monde entier ? C’est la question que se pose Sonny Truyen, un habitant de Singapour d’origine australienne. Agacé par cette attente, l’homme exprime son mécontentement sur Facebook : "P*tain on peut pas attraper de Pokémon dans ce p*tain de pays de merde".

Choqués par ce message, les Singapouriens ont cherché le lieu de travail de Sonny et ont ainsi demandé sa démission. Une demande à laquelle son patron a répondu puisqu’il a mis fin à son contrat (qui avait démarré une semaine auparavant). Comme quoi, il faut toujours surveiller ses paroles sur internet (même quand il s’agit de jeux vidéo) !

8) Des Pokémons pour ceux qui payent

Parce que rien n’arrête les utilisateurs de l’application, les magasins ont pris des mesures radicales. Il y en a marre de voir des gens défiler dans les boutiques sans jamais rien acheter ! Pour remédier à ce phénomène de réalité augmentée qui devient gênant pour les commerçants, ceux-ci ont décidé de poster un message à l’entrée pour interdire la présence de joueurs qui ne consomment pas :

"Les Pokémons sont réservés aux consommateurs uniquement !"

Le United States Holocaust Memorial Museum à Washington a également poussé son coup de gueule, aussi victime de cette folie axée autour de Pokémon Go. Ce n'est pas un mais trois Pokéstop que l'on peut y trouver ! Andrew Hollinger, le directeur de communication du musée, s'est confié au Washington Post : "Jouer à ce jeu n'est pas approprié dans un musée qui est notamment un mémorial en l'honneur des victimes de nazisme. On essaye de trouver un moyen d'exclure le musée du jeu".

9) Il joue à Pokémon Go alors que sa femme accouche

C’est lors de l’accouchement de sa femme, Jessica, que Jonathan Theriot voit apparaître un Roucool sur le lit de la future maman. "Dès qu'il a surgi, j’ai dit un truc du style : 'oh mon Dieu, il y a un Roucool assis sur ton lit'. Donc, j'ai fait une capture d'écran, l'ai ensuite attrapé et le lui ai montré" explique-t-il à BuzzFeed. Il a ensuite posté la photo qui a été vue près de 2,3 millions de fois sur les réseaux sociaux !

10) Quand des joueurs prennent d’assaut un commissariat

L’Australie a cette chance que la France n’a pas : l’application y est déjà disponible ! Mais les autorités de la ville de Darwin auraient probablement préféré ne jamais avoir affaire aux utilisateurs de l’application. L’un des Pokéstops de la ville est en fait situé sur le commissariat ce qui a poussé plus d’un joueur à y entrer pour dénicher des Pokéballs. Heureusement, les policiers ont réagi avec humour : "A tous les dresseurs Pokémon en herbe utilisant Pokémon GO : bien que le commissariat de police de Darwin abrite un Pokéstop, sachez que vous n’avez en fait pas besoin d’y entrer pour acquérir des Pokéballs"

Sur Twitter aussi le jeu fait fureur et les joueurs s’en donnent à coeur joie via le hashtag #PokémonGo ! Vous trouverez deux types de posts : ceux qui résument parfaitement le quotidien des utilisateurs ou ceux sur d’autres histoires plus wtf les unes que les autres !

"Quand Pokémon Go te dit qu’il y a un Pokémon pas loin, tu sors mais tu ne voit rien"