Depuis sa sortie, Pokémon Go a engendré bien des dérapages : accidents, agressions, violation de lieux privés… mais cette fois-ci, le scandale pourrait aller beaucoup plus loin. Plusieurs médias ont pointé du doigt John Hanke, directeur de Niantic Labs (qui a développé Pokémon Go), et surtout son passé suspect. L’ancien responsable de la division Geo de Google a en effet été au cœur de l’une des plus grandes affaires d’atteinte à la vie privée depuis les débuts d’Internet…

John Hanke, espion en série ?

Laurence Rossignol, notre Ministre de la Famille, avait reproché à Pokémon Go d’être désociabilisant, mais il semblerait finalement que l’application nous permette de partager beaucoup de choses. Y compris nos données personnelles. Le journal The Intercept a récemment révélé que John Hanke, directeur de Niantic Labs, n’est pas franchement un enfant de chœur en termes de vie privée.

En 2010, le scandale Wi-Spy éclate chez Google. Le géant américain est accusé d’avoir collecté illégalement des informations privées grâce aux voitures Google Street : historiques de navigation, mots de passe, e-mails, tout y passe. Et qui était à la tête du département Geo de Google à cette époque ? Nul autre que John Hanke bien sûr ! Google tentera de faire porter le chapeau à un ingénieur isolé, mais un rapport prouvera que les dirigeants de la boîte étaient bien au courant de cette collecte de données.

Lire aussi

Une application inquiétante ?

Alors, faut-il s’inquiéter de la présence de Pokémon Go dans nos vies ? Il faut savoir que le jeu requiert un accès à la caméra de votre smartphone, afin de vous faire profiter de la réalité augmentée, mais aussi, un accès à votre position géographique, indispensable pour évoluer dans la carte et attraper des Pokémons. Et n’oublions pas que Niantic peut également accéder aux informations disponibles sur votre compte Google ou Facebook, selon le mode d’inscription que vous avez choisi. Heureusement, la société s’est quelque eu améliorée. Aux débuts de Pokémon Go, Niantic avait accès à l’intégralité de votre compte Google, et pas seulement aux informations que vous acceptiez de donner. Mais selon Niantic, il s’agissait d’une simple erreur. Soit…