Bad buzz pour l'enseigne de bricolage et de décoration. Aux alentours de 16 h 45,hier le 8 juin 2016, les suggestions grossières et improbables du moteur de recherche en auto-complétion de Castorama.fr ont rapidement fait du bruit sur Twitter. 

Sélection des suggestions les plus choquantes ou drôles 

"Tuyau plus gros que la bite d'Alexis", "lit pour partouze", "joint moi le cul", "peinture pour beurettes", "perceuse à chatte", "pompe moi le dart"(sic), "douche pour juif", "cuisine moi le fion", "tondeuse pour tondre ma belle mère", "papier peint du véhicule stp"... Et on ne peut pas citer toutes les énormités repérées ! 

Sur Twitter, le sujet s'est vite imposé en Trending Topic. Castorama a rapidement répondu aux nombreuses questions des internautes stupéfaits : 

Une plainte a été déposée

Contactée par Staragora, l'enseigne a confirmé avoir été victime d'actes de malveillances. "Ce matin, notre site emplois diffusait déjà de fausses offres très vulgaires. Le service informatique est actuellement en train de s'occuper du problème qui est arrivé subitement. Les données clients et commerciales ne sont pas concernées", nous a répondu Castorama qui nettoie encore actuellement le site. "Une plainte est en cours de dépôt. Nous sommes en tout cas désolé pour ce désagrément", a ajouté le porte-parole de la marque.
Un incident délicat supplémentaire pour Castorama, qui traverse une phase difficile en ce début du mois de juin. En effet, la manager du magasin d'Aix-les-Milles comparaissait il y a quelques jours devant la justice pour une accusation d'harcèlement moral après le suicide d'un employé, le 8 février 2011. Le jugement sera rendu le 25 juin prochain. "Casto, c'est castoche" ? En ce moment, Casto, c'est plutôt la cata, non ? 

 Mis en maintenance en catastrophe, le site n'était plus accessible, hier dès 17 h 30. Il ne l'était toujours pas, aujourd'hui, le 9 juin, en milieu de journée. 

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image