Après 4 heures de cérémonie, on imagine que les invités des Oscars, heureux gagnants comme nommés déçus, n’ont qu’une envie : manger ! Ça tombe bien, c’est un véritable repas d’exception que leur propose tous les ans le chef Wolfgang Puck au Governors Ball. Et avec 1500 convives, vous allez voir qu’il en faut pour tous les goûts !

De la comfort food au caviar, voici le repas des Oscars

Cela fait déjà 22 ans que Wolfgang Puck, chef à la tête du restaurant le Spago, prépare aux invités des Oscars un menu tout simplement renversant. Et vous allez voir que le buffet est préparé pour satisfaire tout le monde, des amateurs de junk food aux plus fins gourmets. Ainsi, burgers, popcorn,mac and cheese et gaufres cohabiteront avec pas moins de 10 kilos de caviar, 7 kilos de truffes blanches, du tartare de thon ou du saumon fumé. Ah oui, on a oublié de préciser que le popcorn serait quand même aromatisé à la truffe et à la poudre d’or, on n’est pas chez les sauvages.
Mais on le sait, certaines stars font particulièrement attention à leur alimentation et s’interdisent de manger certains types d’aliments. De nombreuses options végétariennes, vegan, sans gluten ou encore sans fruits à coque seront proposées pour que personne ne regarde les autres s’empiffrer en mourant de faim. Les convives pourront également profiter de 7000 petits Oscars en chocolat. De quoi consoler les perdants (ou pas), qui auront le loisir de noyer leur chagrin grâce aux 2200 bouteilles de vin et 1400 bouteilles de champagne. On n’est jamais trop prudent, n’est-ce pas ?

Souhaitez-vous un dessert ?

Côté sucre, les invités auront accès une quantité astronomique de macarons à tous les parfums possibles et imaginables, mais aussi des éclairs, des tiramisus, des cookies et des glaces. Il va sans dire qu’il est préférable de ne rien avaler de la journée pour profiter à fond de ce buffet. Interviewé par le Telegraph, Wolfgang Puck explique en effet que les stars n’ont souvent pas le temps de manger le jour des Oscars, en raison de tous les préparatifs. Vu ce qui les attend, on ne les plaint pas trop !