C’est à coup sûr un film qui ne laisse pas indifférent. Polisse, sorti en 2011 au cinéma, est diffusé ce soir sur M6. Ce long-métrage aux allures de documentaire qui retrace le quotidien de la brigade de protection des mineurs de Paris a fait sensation lors de sa sortie et remporté le Prix du jury à Cannes. Découvrez cinq secrets sur le tournage de ce film aussi glaçant qu’émouvant.

1) Deux actrices-réalisatrices au scénario

On dit souvent que Polisse a été écrit par Maïwenn, mais on oublie de préciser qu’Emmanuelle Bercot, qui joue également dans le film, a également participé au scénario. Elle qui n’avait jusqu’ici écrit que pour ses propres réalisations a rejoint Maïwenn après l’écriture de la première version du script. Emmanuelle Bercot a finalement écrit plusieurs passages du film, ce qui selon Maïwenn a ajouté du réalisme au scénario final.

2) 100% vrai

Cela rend certaines scènes encore plus dures à regarder, mais tous les cas de violence, vol et pédophilie présentés dans le film sont vrais. Ils sont en partie issus du stage que Maïwenn a effectué à la brigade de protection des mineurs pour travailler sur son film comme elle l'expliquait à Elle en 2011.

3) Des acteurs investis

Le réalisme de Polisse doit aussi beaucoup au jeu de ses acteurs. JoeyStarr, Marina Foïs, Karin Viard, Nicolas Duvauchelle, Karole Rocher, Emmanuelle Bercot et Frédéric Pierrot ont en effet suivi eux aussi un stage d’une semaine auprès de deux policiers pour saisir leurs expressions, leur humour, mais aussi pour apprendre à se connaître et ainsi être crédible en tant que groupe à l’écran.

4) Influences ciné et télé

Pour réaliser Polisse, Maïwenn a expliqué avoir regardé un nombre considérable de films sur la police. Mais c’est surtout la télévision, et notamment les documentaires qui l’ont inspirée rappelle Premiere. Maïwenn a ainsi recréé presque mot pour mot certaines scènes des reportages Ma petite chérie, diffusé en 1998 dans la série Strip-tease, et Brigade des mineurs, tous les deux réalisés par Christine François.

5) Une faute bienvenue

Maïwenn n’a pas immédiatement trouvé le titre de son film. Elle souhaitait au départ l’intituler Police avant de se rendre compte que ce titre avait déjà été utilisé en 1985 par Maurice Pialat. C’est en tombant sur une faute d’orthographe de son fils que la réalisatrice a trouvé Polisse révèle France Soir.