Ce 8 mars, qui signe la Journée Internationale des Droits des Femmes, coïncide avec la sortie du film Miss Sloane au cinéma. Quel rapport ? Le fait que Jessica Chastain, qui incarne la lobbyiste Elizabeth Sloane, s’impose dans un rôle de femme forte, déterminée et loin des clichés encore persistants sur la place des femmes dans le cinéma. Zoom sur une prestation magistrale.

Jessica Chastain, glaçante Miss Sloane

Quand on sait que 4000 films ont passé le fameux test de Bechdel, qui détermine le degré de sexisme d’un film, et que plus de 40% ont échoué, on se dit qu’on a bien besoin de plus de longs-métrages comme Miss Sloane. Ici, l’héroïne (qui a donc le premier rôle, c’est déjà un point important) échange avec d’autres femmes, et pas au sujet d’un homme. Non, elles parlent d’argent, de business et de politique. Il faut dire que Jessica Chastain, alias Elizabeth Sloane, incarne un personnage très ambitieux, mais peu sympathique. Connue pour son absence de scrupules et ses nombreuses réussites professionnelles, Miss Sloane est l’une des lobbyistes les plus respectées et détestées dans son milieu. Mais un nouveau défi va venir mettre à mal ses convictions et la pousser à remettre en question certaines de ses méthodes. Jessica Chastain est absolument bluffante en femme d’affaires froide et implacable, prête à tout pour arriver à ses fins. Femme de pouvoir, elle ne laisse personne lui dicter sa conduite, et surtout pas les hommes. Jessica Chastain a d’ailleurs reçu une nomination aux Golden Globes pour son rôle dans Miss Sloane. C’est cependant Isabelle Huppert qui est repartie avec la récompense.

Le lobby des armes, l’éternel débat américain

Dans Miss Sloane, Jessica Chastain s’attaque au lobby des armes, un sujet qui divise toujours les États-Unis aujourd’hui. Le film est d’ailleurs très politique : rappelons que Donald Trump a toujours soutenu la vente libre des armes dans son pays. Autant dire que le président, dont la réputation de macho n’est plus à faire, ne risque décidément pas d’apprécier Miss Sloane.