En 2015 sortait dans toutes les librairies La Fille du Train, un thriller psychologique écrit par Paula Hawkins. Un ton résolument sombre, des thèmes incluant la violence domestique et l'alcoolisme, un portrait de femmes complexe et loin des standards habituels, le roman a vite attiré les comparaisons avec un autre succès éditorial, Gone Girl. Il était donc logique de le voir adapté à son tour sur grand écran.

Le résumé

Tous les jours, Rachel passe devant la maison de ce couple parfait, Megan et Scott. Et tous les jours elle les observe à leur insu depuis la fenêtre de son train, rêvant à cette vie et à ce bonheur qu'elle a jadis connu. D'autant que la maison voisine abrite son ex-mari Tom, sa nouvelle compagne et leur bébé. Un jour, Rachel voit Megan dans les bras d'un autre homme. Quelques jours plus tard, cette dernière disparaît. Simple fugue, kidnapping ou meurtre ? Rachel va alors tenter de découvrir la vérité.

Ce qu'on a aimé

L'atout principal de La Fille du train, c'est son actrice. Cela fait quelques années déjà que Emily Blunt fait partie des comédiennes les plus demandées, et on comprend pourquoi. Elle évolue facilement dans le rôle de la femme écorchée vive, plombée par l'alcool et un passé peu reluisant. On regrettera d'ailleurs que le personnage ait été dilué pour le film.

Ce qu'on n'a moins aimé

Car c'est là l'écueil principal de cette adaptation. Il n'est jamais évident de correctement transposer une intrigue du papier à la pellicule. Surtout pour un roman comme La Fille du train, qui joue beaucoup sur les ressentis des personnages et leur psychologie. Si Fincher est brillamment parvenu à retranscrire la paranoïa de Gone Girl au cinéma, Tate Taylor a eu plus de mal de son côté. Il en ressort un problème de rythme, le scénario semblant trop chapitré pour tenir en haleine. Il manque un fil conducteur, une tension, une direction, accompagnant Rachel dans son parcours sans vraiment s'investir. D'autant que la mise en scène pêche parfois en voulant tenter des effets un peu trop tape-à-l'oeil. Dommage, il y avait sûrement matière à un nouvel exemple de thriller glaçant, comme son prestigieux prédécesseur...

Ce film nous rappelle un peu...

Gone Girl, en moins perturbant.

Pour qui/pour pas qui ?

Les amateurs de thrillers psychologiques et de récits bien noirs. Les fans du roman risquent, eux, de se retrouver entre deux eaux, contents de voir le récit prendre vie à l'écran mais déstabilisé par le manque de structure du scénario comparé au livre.