Le réalisateur James Foley a repris les rênes de la saga Fifty Shades et succède donc à Sam Taylor-Johnson qui a tourné Cinquante Nuances de Gris. Que vaut le film avec Dakota Johnson dans le rôle d'un poisson mort et Jamie Dornan dans celui du beau gosse mystérieux mais pas futfut  ? Un indice : la réponse est dans la question. 

Ca parle de quoi ?

Le scénario... A le mérite d'exister. On reprend après la dispute entre Christian Grey et Anastasia après une séance de fessée un peu trop épicée. Les deux tourtereaux se retrouvent très vite et là débute une romance... plus traditionnelle. Plus de contrats, plus de punitions, Christian est en roue libre.

Pourquoi on a (pas) aimé

L'ennui est présent tout le long du film. Les scènes sont longues, l'alchimie entre les acteurs est légèrement meilleure que dans le premier volet de la saga mais on peut voir Dakota Johnson soupirer intérieurement à chaque scène. Les personnes sont totalement creux et l'histoire d'amour absolument pas crédible tant les acteurs ne semblent pas croire à leur propre rôle. Et le plus décevant reste sûrement les scènes de sexe, la raison de vivre de Fifty Shades. Si vous vous attendiez à moult démonstrations de cravachage, c'est loupé. Tout juste si Anastasia se prend une gentille fessée. 

Trop gentil

C'est tout le problème du film, même si la saga ne tient pas à se présenter comme un film dur mais fait l'apologie du S&M soft, on aurait aimé voir ce qui fait la réputation de ces longs-métrages. La déception et d'autant plus grande que les astuces scénaristiques utilisées tout le long du film pour donner un peu de piment au long-métrage loupent les une après les autres. Les fans de romance passeront leur chemin, tant l'histoire d'amour entre Christian Grey et Anastasia est plate, sans saveur et sans piquant.

Anastasia se réveille

Côté point positif, on peut enfin voir le personnage d'Anastasia répondre à Christian. La jeune femme ne se laisse plus autant faire et donne même des ordres à son milliardaire, qui s'y plie avec presque trop d'enthousiasme. Mais Anastasia reste bien le seul personnage qui évolue et ne sonne pas (totalement) creux. Le film dans son ensemble est finalement moins sexy, moins piquant que prévu. Un conseil : passer son chemin.

La bande-annonce de Cinquante Nuances plus sombres :