Le Festival de Cannes, c’est les paillettes et le tapis rouge mais pas seulement. La Croisette a aussi droit à son lot de scandales. Staragora revient pour vous sur ceux qui ont marqué l’histoire du festival.

Le discours gênant de Sophie Marceau (1999)

En 1999, Sophie Marceau est chargée de remettre la Palme D’or. Le suspens est à son comble dans la salle pleine à craquer mais la jeune femme décide de parler de sa journée dans une suite de phrases sans aucun sens. Elle finit par être sifflée dans la salle et se fait couper par la maîtresse de cérémonie et c’est finalement le président qui donne le nom du gagnant. L’actrice était-elle sous l’influence d’une quelconque substance ? 

Sophie Marceau, le retour de la bête

Toujours la même actrice, pas le même scandale. Sophie Marceau est en 2005 sur le tapis rouge et pose sur les photographes, quand la bretelle de sa robe se décide à faire la malle. On peut donc apercevoir son sein durant quelques secondes avant que la jeune femme redresse sa robe l’air gênée, mais amusée.

Lars Von Trier annonce qu’il est nazi

En 2011, c’est au réalisateur de Dogville de faire la plus mauvaise blague de l’humanité, ever. Lors d’une conférence de presse, le Danois annonce qu’il est nazi et que d’une certaine manière, il comprend Hitler. Rire génée dans le paterre de journalistes et échec pour Lars qui finira viré du festival.

Maurice Pialat vous emmerde

Maurice Pialat, le réalisateur de “Sous le soleil de Satan” a reçu la Palme d’Or en 1987. Apparemment, la récompense n’a pas plu à tout le monde et l’homme est hué alors qu’il va récupérer sa récompense. Il répond par un discours badass : “Si vous ne m’aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus.” La classe.

Simone Silva enlève le haut

L’actrice Simone Silva a enlevé le haut de son maillot sur la croisette pour poser pour les photographes. Or, en 1954, ça ne pas passe très bien. Même si la belle cachait sa poitrine avec ses mains, elle sera exclue du festival.

 Simone Silva a enlève le haut de son maillot sur la croisette en 1954

Isabelle Adjani et les photographes

En 1983, l’actrice avait refusé de se faire prendre en photo lors du traditionnel photocall. Elle boude la presse et la presse lui rend bien. Venue pour présenter son film “L’été meurtrier”, les photographes refusent de la prendre en photo et lui tournent le dos lors de la montée des marches.