Cette annonce, personne ne l'avait vue venir. Ce mercredi 18 janvier, l’Académie des César a annoncé que Roman Polanski, réalisateur du Pianiste et Oliver Twist, serait le président de la 42ème cérémonie des César. Le problème ne concerne pas les 8 César déjà reçus par le réalisateur mais plutôt ses déboires judiciaires. Twitter est révolté.

Une nomination qui passe mal

C’est donc officiel : Roman Polanski présidera la cérémonie des César en 2017. Dans son communiqué de presse, l’Académie ne tarit pas d’éloge sur le réalisateur oscarisé : "Artiste, cinéaste, producteur, scénariste, comédien, metteur en scène, il existe bien des mots pour définir Roman Polanski mais un seul pour exprimer notre admiration et notre enchantement: merci, Monsieur le Président." Seulement, selon de nombreux internautes, d’autres qualificatifs moins élogieux seraient de mise.

Rappelons que Roman Polanski a fait l'objet d'accusations de viol sur mineure en 1977, faisant de lui la cible de poursuites aux Etats-Unis. Le réalisateur franco-polonais avait finalement fui le pays pour rejoindre l'Europe. Presque 40 ans après les faits, la Cour suprême américaine a définitivement mis fin, le 7 décembre 2016, à la procédure d'extradition de la Pologne vers les États-Unis de Roman Polanski. La victime Samantha Geimer a réclamé à plusieurs reprises l'abandon des charges et affirme avoir pardonné le réalisateur. 

En 2016, l’affaire Polanski avait resurgi en raison de la blague choc de Laurent Lafitte, lors du Festival de Cannes 2016. L’acteur s’était adressé à Woody Allen en faisant directement référence à Roman Polanski : "Ces dernières années, vous avez beaucoup tourné en Europe alors que vous n'êtes même pas condamné pour viol aux États-Unis."

Twitter choqué par la nouvelle

En apprenant la présidence de Roman Polanski, nombre d’internautes ont exprimé leur indignation sur Twitter. Le nom du réalisateur était en tête des Trending Topics le 18 janvier :