Les César débutent d'ici quelques heures et cette année, notamment grâce à la sélection des Oscars, quelques tendances se dessinent déjà clairement. Certes, il n'y a pas vraiment de La La Land dans la liste des nominations françaises pour mettre tout le monde d'accord, mais nous pouvons déjà flairer sur certains candidats l'odeur du succès. Découvrez les stars qui seront (forcément) récompensées, mais aussi quelques petits paris que nous nous permettons de faire.

Déjà sacrés (ou presque) : Isabelle Huppert, Ma Vie de Courgette et Elle

Impossible de ne pas imaginer Isabelle Huppert, déjà en lice pour l'Oscar de la meilleure interprète féminine, ne pas remporter la récompense équivalente aux César ! La comédienne n'en sera certes pas à son 1er sacre, mais son jeu est tellement bluffant dans le film de Verhoeven que les jurés, même sans président, n'ont sans doute pas dû beaucoup hésiter. Même constat pour Elle, nommé aux Oscars du meilleur film en langue étrangère. En revanche, entre Paul Verhoeven et François Ozon, notre cœur balance pour le César du meilleur réalisateur. On parierait plutôt sur le 2nd.

Quant au César du meilleur film d'animation, il devrait revenir sans grande surprise à Ma Vie de Courgette, là encore inclus dans la sélection des Oscars. Emouvant, tendre et plein d'imagination, le long-métrage tiré du roman à succès a accompli une très belle réussite, aussi bien auprès des critiques que dans les salles. Le César du meilleur espoir féminin revient de droit à la superbe Oulaya Amamra, en vertu de son incroyable justesse dans Divines. Enfin, l'hilarant Toni Erdmann, qui a déjà conquis la croisette lors du dernier festival de Cannes, devait décrocher sans grand effort sa compression au titre de meilleur film étranger.

Pour Cluzet, Lacoste et Thierry, les paris sont plus risqués

Déjà césarisé pour Ne le dis à personne, François Cluzet est comme toujours extrêmement convaincant dans son rôle de généraliste bougon dans Médecin de campagne. Emouvante et réaliste, sa prestation pourrait lui valoir une 2e statuette mais gare ! Fabrice Luchini, épatant en bourgeois précieux dans Ma Loute, et Pierre Niney, que nous avons également adoré dans Frantz de François Ozon, lui opposent une sérieuse concurrence.

Avec La Danseuse, Mélanie Thierry nous prouve qu'elle n'a pas fini de nous éblouir, et on l'imagine volontiers remportant la statuette du meilleur second rôle féminin. Toutefois, l'actrice Déborah Lukumuena, tout aussi talentueuse dans Divines, a de quoi faire chavirer le cœur du jury.

Dernier coup de cœur : assurément Vincent Lacoste, sexy en diable dans Victoria. Mais la comédie est un genre fréquemment boudé par les César, et le beau brun pourrait en faire les frais. Au profit, par exemple, de Vincent Cassel dans Juste la fin du monde, il est vrai au meilleur de sa forme dans le nouveau long-métrage de Xavier Dolan.